L'actualité des Adhérents

L'École de la Nuit #4

SÉMINAIRE Internet, fin de l’artiste solitaire ? avec Philippe Rivière - Louise Drulhe
 L'École de la Nuit #4
SÉMINAIRE

Internet, fin de l’artiste solitaire ? 

Intervenants : Philippe Rivière - Louise Drulhe
 
Créer en coopération ; de l’art au logiciel libre ?
 
Internet a brisé beaucoup des barrières qui freinaient objectivement la création collective : le matériau numérique peut désormais être modelé à plusieurs, sans contraintes de lieu ni de temps. D’où la question : où est la symphonie des foules ? Où se trouve l’œuvre globale, créée par des millions de mains et de cerveaux connectés ?
Peut-être faut-il la chercher, dans un premier temps, non pas dans l’art, un domaine encore écrasé par le mythe de l’auteur romantique, mais du côté du logiciel libre. GNU/Linux, le système d’exploitation le plus utilisé, est le fruit de la collaboration décentralisée de dizaines de milliers d’informaticien·nes. Wikipédia fait partie du top 10 des sites les plus visités, et est le premier site de contenu : ses contributeur·ices se comptent en millions.
Quels sont les outils qui permettent cela ? Comment en tirer partie pour la création artistique ?
 
Atelier écosystème de D3 ; écosystème de SPIP ; atelier fonctionnement de git - Philippe Rivière
 
L’atlas critique d’Internet
 
Internet, selon l’expression de Louise Drulhe, est un « collage de collages ». Et c’est en collant des images que l’artiste cherche à visualiser le réseau des réseaux. Ou, du moins, à nous faire partager une vision de sa structure fondamentale. Or celle-ci ne se laisse approcher que par des vues abstraites, présentées ici sous la forme de quinze « exercices conceptuels de spatialisation ».
Dans une première hypothèse, Internet serait un point situé au centre de la Terre, un pur symbole où s’agrège toute la connaissance du monde. Mais la réalité fait exploser cette image idéale. Les censures et les « modérations », qu’elles soient chinoises, allemandes, russes ou françaises, ont recréé des frontières entre les pays et fragmenté le Web en autant d’internets. Le cheminement des internautes, au moyen des liens hypertextes, peut être décrit comme une pente où se forment des parcours qui serpentent ou déferlent, selon la richesse et la variété des liens. Avec leur poids de plus en plus décisif, les grands moteurs de recherche et les réseaux sociaux déforment eux aussi la Toile, créant des poches, des bassins d’attraction dont la profondeur reflète la difficulté que l’on peut avoir à en sortir.
Cette œuvre, à la fois analytique et esthétique, est aussi disponible sur papier. Mais peut-on parler d’un livre ? Car, dans un clin d’œil aux sites Web qui s’affichent sur des écrans de toutes tailles et tous formats, la version papier elle-même est imprimée à des dimensions variables, au choix de l’acheteur.Cette œuvre, à la fois analytique et esthétique, est aussi disponible sur papier. Mais peut-on parler d’un livre ? Car, dans un clin d’œil aux sites Web qui s’affichent sur des écrans de toutes tailles et tous formats, la version papier elle-même est imprimée à des dimensions variables, au choix de l’acheteur.
 
Louise Drulhe, 2015, internet-atlas.net (autoédition)
 
Philippe Rivière est journaliste et informaticien ; il a accompagné Le Monde diplomatique sur Internet depuis ses premiers pas en 1997 ; il est aussi l’un des créateurs du logiciel libre SPIP. Depuis trois ans, il se consacre à la cartographie avec visionscarto.net
 
Louise Drulhe est artiste et graphiste, l’Atlas critique d’Internet a constitué son mémoire de fin d’études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. louisedrulhe.fr
 
École de la Nuit
 
A la fin du XVIe siècle, à Londres, un groupe qui s’est nommé L’Ecole de la Nuit—School of Night, se réunit régulièrement, et clandestinement. C’est un groupe de stars : des auteurs de théâtre, des savants, des aventuriers chéris de la Reine. Ils ont le goût de la marge, du risque, du dépassement du sens commun. Il y en a parmi eux qui cherchent la gloire (Christopher Marlowe), d’autres qui cherchent à fonder des utopies dans le Nouveau Monde (Walter Raleigh), tous aiment le plaisir : mais ce n’est pas ce qui les réunit. Ce qui les réunit, c’est l’audace de la pensée. Ils veulent penser le plus librement possible, le plus loin possible, pour se débarrasser des vieux empêchements qui brident l’imagination et font passer la conformité pour l’ordre éternel des choses. Ils s’appuient sur les découvertes des savants, et ces découvertes sont dangereuses : en particulier, celle qui affirme que l’univers est infini. Ce n’est pas ce que dit la Bible, ce n’est pas ce que disent les autorités. Ce savoir-là est interdit. C’est pourquoi ils se font très discrets. Mais actifs. L’un d’eux invente le théâtre anglais, un autre fait connaître la circulation du sang, un autre encore propage l’idée qu’il existe des galaxies par milliers…
 
Il n’y a aucun danger évidemment aujourd’hui à se réunir pour chercher à se donner les moyens de penser librement. D’autant qu’on a assez tendance à considérer qu’on y arrive à peu près correctement tout seul. Et que de surcroît, le monde étant ce qu’il est, c’est plutôt de solutions concrètes qu’on a besoin, notamment quand on pratique un art. C’est parfaitement exact. Sauf que, pour élaborer des solutions concrètes, il est assez utile de connaître les… empêchements. Ce à quoi contribue toute réflexion précise sur ses conditions d’exercice : pourquoi, pour qui, comment?  Afin d’ouvrir un chemin qui mènerait des conditions réelles, à celles qu’on peut espérer.
Evelyne Pieiller
 
Le projet

L’Ecole de la Nuit est un projet de recherche initié par l’association Belmachine.
 
Il s’appuie sur la conviction que l’acte de création, tant de concepts que d’oeuvres, peut contribuer à élaborer un avenir plus humaniste dans les nécessaires transitions et transformations sociales, économiques et politiques à venir.
 
L’Ecole de la Nuit vise à réunir un groupe d’individus travaillant dans la création artistique et scientifique autour d'un partage de savoirs et de l'élaboration des conditions d'une autonomie tant intellectuelle que matérielle.
 
S’inspirant du principe actif historique des salons, clubs, équipes, d’artistes et d’intellectuels, l’Ecole de la Nuit fait le pari que la mise en débat critique permet d’engager un processus de transformation émancipatrice.
 
Il a pu être initié avec le soutien d’Arcadi Île-de-France / Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche et du fonds de dotation Agnès B. Nous remercions pour ce prochain séminaire la ville des Lilas.
 
Lieu :
Le 24 septembre au Centre culturel Jean-Cocteau 
35, place Charles-de-Gaulle, 93260 Les Lilas – Métro Mairie des Lilas
De 10h30 à 18h00
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire à
contact@belmachine.org ou au 06 51 14 75 02

06/09/2016

Agenda

PROCHAINS CONCERTS



Plus de concerts

Offres d'emploi des musiques actuelles

Consulter

replica watches

Suivez-nous

Espace Adhérents

Se connecter